ÉDITO

By Samantha Barroero

               Quand Lila Rouquet m’a proposé le commissariat d’une exposition collective, j’ai immédiatement envisagé de retracer le chemin parcouru depuis l’ouverture de sa galerie en mai 2021. J’ai ainsi pris connaissance de l’ensemble des œuvres présentées au cours des sept précédentes expositions, avec pour ambition de réunir dans un même espace-temps les travaux de Dominique Dieulot, Hélène Guétary, Prisca Lobjoy, Laurent Poleo Garnier, Mary Rozzi et Mathieu Trautmann, dans la perspective de montrer que, derrière la diversité de leurs écritures photographiques, des thèmes communs les relient et donnent une identité propre à la galerie. Le végétal et la nature occupent sans conteste une place prépondérante dans leurs travaux respectifs et celui de l’humain, à travers une majorité de portraits, prend ici souvent formes et attributs féminins. Les allusions à la Vierge Marie, à la madone, aux saintes, sorcières ou amazones sont autant d’évocations et de réinterprétations contemporaines des mythes fondateurs. 

               Convaincue, depuis plusieurs années, de la nécessité d’une approche transversale et pluridisciplinaire, j’ai proposé d’associer aux photographies d’autres médiums: vidéo, musique, sculpture, objet, édition imprimée et livre. Ainsi les œuvres de Dominique Dalcan, Christophe Fiat, JN. MELLOR CLUB,

La Féline, UNTITLED19 entrent à leur tour en résonnance. Tous ont la spécificité d’être protéiformes et d’estomper les fron- tières entre diverses disciplines : art visuel, musique, littérature, design et mode. Enfin Lila Rouquet a spontanément invité  

Edgar Avila qui, par un procédé de détournement photographique, recrée des paysages qu’il brode ensuite de perles. Par association d’idées, Veronica Mecchia participe également à l’exposition avec des livres photographiques faits à la main qui annoncent la prochaine collaboration de l’artiste avec Remèdes galerie. Au total, treize artistes investissent l’espace.

               Les œuvres choisies reflètent une vision dynamique de l’art dans sa diversité, synchrone avec la créativité contemporaine. Entre réalisme et fiction, réalité et merveilleux, les treize artistes ré-interrogent nos sociétés en mutation et offrent des visions alternatives.

Ce qui est formulé dans cette exposition est le rapport spécifique de l’art à l’égard du contemporain, portant sur l’exercice de révélation du présent, en saisissant la manière dont il surgit, grâce aux artistes, là où ils produisent des anomalies et autres failles temporelles. Cette capacité qu’ont les artistes à reformuler le présent, naviguant entre intériorité et extériorité, inquiétude et légèreté, force et fragilité, nous permet d’interroger nos façons d’être au monde. Ainsi, l’exposition peut s’appréhender comme un parcours intérieur, liant et assimilant les fils du discours scéno-graphique. Les œuvres se rencontrent, se croisent et dialoguent, créant alors de nouvelles correspondances visuelles dont se dégage une dimension spirituelle et une communion avec la nature et l’environnement. Dans la psychologie analytique développée notamment par le psychiatre suisse Carl Gustav Jung, la synchronicité est l’occurrence simultanée dans l’es prit d’un individu d’au moins deux événements mentaux qui ne présentent pas de lien de causalité physique, mais dont l’association prend un sens pour la personne qui les perçoit. Cette notion s’articule avec d’autres notions de la psychologie jungienne, comme celles d’archétype et d’inconscient collectif. L’exposition Synchronicité donne ainsi à voir un panel d’œuvres plurielles gravitant autour du rapport hybride et complexe entre la nature et l’individu, à travers une alchimie de formes et d’images qui évoquent des éléments végétaux et minéraux, et célèbrent la figure féminine contemporaine au double visage, victime et émancipatrice, paria et puissante, monstrueuse et enchanteresse, guerrière et protectrice. 

               Appel à la contemplation, à la méditation, à la protection de l’environnement et à la diversité, chacune des œuvres révèle, à sa manière, des détails minutieux nécessaires à l’harmonie du monde et maintient nos sens en éveil. L’art est le médiateur de notre connexion au vivant et Synchronicité nous permet de rencontrer le réel grâce à une approche sensuelle et émotionnelle.

Remèdes galerie, pour célébrer sa première année d’activité, devient simultanément un lieu où la pensée est en mouvement, où l’expérimentation transforme, où la porosité des formes se fait expérience. 

SYNCHRONICITE.jpg